04-2013
01

Semis de tomates : le repiquage, préparatifs

Publié par Thierry, Catégorie : Méthodes et conseils, Semer, Tomate

Environ 15 jours après le semis, les premières feuilles apparaissent au dessus des cotylédons, on peut alors envisager le repiquage. Pour ma part j’attends bien plus longtemps, d’avoir un mini forêt, presque un mois après le semis, quand les tiges sont un peu plus solides pour supporter les manipulations.

Idéalement, si vous pouvez choisir, repiquez un jour de lune descendante, ce qui favorisera l’enracinement.

Prévoyez avant le jour J :
repiquage-preparation

caissettes

  • Des godets : des pots assez gros pour que la plante grandisse bien et puisse rester dans le pots assez longtemps si vous tardez à les planter. Je les prends de 9cm de côté et 9cm de haut. En plastique assez costaud pour pouvoir le laver et m’en resservir. Carrés ils seront plus facile à ranger côte à côte mais si vous en avez des ronds c’est pas grave… Si vous préférez la récup, prenez des contenants assez haut et percés au fond (percez les vous même si besoin), il faudra arroser copieusement mais sans que la plante nage dans l’eau…
  • Du terreau : Je termine le terreau à semis et je le mélange à du terreau potager classique. Il vaut toujours mieux éviter ceux qui ont des gros morceaux pour que le travail reste agréable, on va tasser et planter les doigts dedans ! Pour le volume du sac, prenez-le assez gros, ça sert toujours (à la plantation à venir). J’estime qu’il faut au maximum un sac de 40L pour remplir 100 godets de 9x9x9
  • Un bassine ou une auge de plâtrier, où on fera baigner le godets remplis.
  • Un arrosoir avec un bec long et fin pour arroser en douceur et un gros plein pour remplir le petit ;)
  • Couteau, fourchette : non pas pour déguster ! Mais pour extirper les plants.
  • Un endroit confortable qu’on peut salir : chaise et table de jardin par exemple … Prévoyez de protéger si besoin car le terreau peut être très salissant.
  • Il faudra aussi des caissettes ou cageots : ne les achetez pas, passer près de votre supermarché, parfois il les empile dans un coin pour que les gens les prennent, sinon au marché…
  • Enfin comme je fais plusieurs variétés, je prends de quoi noter sur le cageot la variété que je viens de repiquer. Pour des raisons évidentes de traçabilité. J’utilise soit des étiquettes, du correcteur blanc liquide, du crayon à papier … ce que vous voulez mais ça doit résister à l’eau.

Voilà, vous êtes prêts pour passer à la seconde étape de la production de tomates : le repiquage !

{EMPLACEMENT PUB}
 

Laissez un commentaire